« Un amour (roman) », de Richard Copans : Oh les beaux jours !

Dans Un amour (roman), Richard Copans raconte l’histoire de ses parents.

Roman familial : l’expression, aux résonances psychanalytiques, suggère une reconstruction de l’histoire de la famille. C’est exactement ce à quoi procède Richard Copans dans son nouveau long métrage, au titre indicatif : Un amour (roman). Il y a dix ans, dans Racines, le cinéaste partait sur la piste des parents de son père, juifs lituaniens ayant émigré aux États-Unis au début du XXe siècle. Aujourd’hui, il retrace l’histoire d’amour de son père, l’Américain Sim Copans, et de sa mère, Lucienne,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.