Arménie : « Un monde en moins »

À travers l’évocation de l’Armée secrète arménienne, Audrey Valtille livre subtilement l’histoire d’une cause, entre passé et présent.

Face à la caméra, de noir vêtus, cagoulés, les militants disent lutter contre « le fascisme turc », et réclament la reconnaissance du génocide, « réparation et justice », quitte à passer par la voie du terrorisme. En 1975, apparaît ainsi un groupe armé sur la scène internationale, revendiquant ses actions sous le nom d’Asala, l’Armée secrète arménienne. Pendant dix ans, elle commettra plus de cent attentats à travers le monde, faisant 46 morts et des centaines de blessés. La France n’est pas épargnée, la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents