Bannir les pesticides du jardin et du balcon

En ville, balcons fleuris et jardinières sont un refuge pour les insectes.

Que faire ? Sevrer définitivement ses fleurs, ses légumes et ses arbres. Ce qui revient à écarter de sa liste de courses les engrais chimiques, les insecticides et autres fongicides de synthèse supposés « soigner » les plantations du jardin, du potager et des balcons. Car les agriculteurs adeptes des pratiques prônées par la FNSEA, syndicat agricole productiviste, et par les coopératives ne sont pas les seuls responsables de l’empoisonnement du milieu naturel, même si les quantités qu’ils répandent ne sont…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents