« Craduire » le latin (« À flux détendu »)

Le projet de réforme du collège, porté par Najat Vallaud-Belkacem, rend très aléatoire l’apprentissage des langues classiques.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


L’enseignement du latin et du grec est en danger. Le projet de réforme du collège, porté par Najat Vallaud-Belkacem, rend très aléatoire l’apprentissage des langues classiques : alors que l’initiation en 5e était naguère obligatoire, cela ne dépendrait plus aujourd'hui que du choix du chef d’établissement et, au mieux, se solderait par une forte diminution horaire. Il faut croire que Mme Vallaud-Belkacem n’a pas eu entre les mains le livre de Bruno Fern, Typhaine Garnier et Christian Prigent, Pages rosses (les Impressions nouvelles, 93 p., 9 euros). La ministre de l’Éducation sait sans doute que la connaissance du latin et du grec rend plus intime le rapport à la langue française, mais elle ignore à quel point le latin peut être marrant. C’est pourquoi je lui recommande vivement ce livre de « craductions ». « Une craduction est une traduction, expliquent les auteurs. Mais, sachant qu’un sens ne se perçoit qu’entendu via des sons, elle transpose d’abord, plutôt que les significations, les sonorités qui les engendrent. Ce n’est pas moins scientifique. Et c’est souvent plus drôle. » Exemples : «  Mea culpa  : urètre bouché » ; «  cujus regio, ejus religio  : tout couillon réglo jouit d’une religion » ; «  Fac simile  : à l’université c’est kifkif » ; «  In articulo mortis  : articule quand tu meurs » ; «  Curriculum vitae  : évite de te curer le cul »… Et il y en a des dizaines de cette eau, qui abordent tous les aspects de la vie. Voilà notre classique et parfois laborieuse version régénérée par la fantaisie de ces trois auteurs, qui sont aussi poètes. La traduction des expressions, et non leur « craduction », est fournie en fin de volume, pour qui voudrait mesurer l’écart entre les deux exercices. Cet écart témoigne des potentialités de l’oreille, qui entend le cradingue là où, dans le latin, il se cache. Si la ministre a un peu d’humour, elle reviendra sur sa réfome, c’est sûr…


photo. LL

Haut de page

Voir aussi

Articles récents