Devoir d’humanité

Les migrants africains, syriens et palestiniens crèvent aussi de cette tendance conservatrice d’une certaine opinion apeurée par la crise.

Denis Sieffert  • 23 avril 2015 abonné·es
Devoir d’humanité
* Du nouveau à Politis : Comme je vous l’annonçais la semaine dernière, Politis inaugure deux cycles de formation ouverts à tous sur l’économie sociale et solidaire, et l’écologie. Les places sont limitées. Voir tous les détails ci-contre, ou sur le site Politis-formations.fr

On est en droit de se poser la question : à partir de combien de morts un naufrage de migrants en Méditerranée devient-il chez nous un « événement », une affaire qui mobilise les consciences et s’impose à l’ordre du jour des sommets européens ? Assurément, mille victimes en une semaine, c’était trop pour que l’on continue à détourner le regard. Mais qu’en est-il lorsque les naufragés ont le bon goût de mourir par dizaines, comme cela

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Une analyse au cordeau, et toujours pédagogique, des grandes questions internationales et politiques qui font l’actualité.

Temps de lecture : 5 minutes