Fiscalité : Un crédit d’impôt sans recherche

Solidaires Finances publiques a actualisé les données sur le crédit d’impôt recherche, l’une des niches fiscales les plus coûteuses.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Dans un nouveau rapport, rendu public le 7 avril, le syndicat Solidaires Finances publiques a actualisé les données sur le crédit d’impôt en faveur de la recherche (CIR), l’une des niches fiscales les plus coûteuses. Ce sont 5,34 milliards d’euros de CIR qui seront versés cette année aux entreprises, selon le rapport. Il pointe une niche « sans efficacité avérée ». Le CIR est utilisé dans une « logique d’optimisation fiscale » et de soutien à « des dépenses parfois exagérément qualifiées de dépenses de recherche du secteur privé ». En somme, « le CIR finance des recherches commerciales et peu scientifiques, ce qui l’éloigne de sa raison d’être ».


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.