Médicaments : le bénéfice de la transparence

Des spécialistes font la lumière sur différentes affaires liées à des traitements. Pour mieux évaluer la balance des risques.

Ingrid Merckx  • 9 avril 2015 abonné·es

Ils y sont tous ou presque. Tous ces médicaments qui se sont retrouvés au cœur d’une polémique ou d’un drame, ces dernières années : distilbène, Vioxx, Mediator, Gardasil, Diane 35… Ce qui fait d’abord de cet ouvrage une mine d’informations. Trente-deux spécialistes y synthétisent études, articles et arguments ayant trait à chaque affaire. L’objectif principal étant de faire la lumière sur des incompréhensions, idées reçues ou non-dits : les premières victimes du tabagisme passif sont les fumeurs eux-mêmes ; il n’y a pas de plus en plus de risques aujourd’hui de mourir du cancer ; le meilleur moyen de limiter les risques liés aux médicaments, c’est la transparence, etc. Il n’est surtout pas question dans cet ouvrage (les coauteurs déclarent leurs éventuels conflits d’intérêts) d’alimenter le scepticisme mais de contribuer à améliorer la prescription : la plus adaptée pour le patient, la moins chère pour la collectivité.

C’est la fameuse balance des risques qu’ils invitent à évaluer : vaut-il mieux prendre un risque avec un vaccin ou avec la maladie ? « Les vaccins sont utiles. Ils ont permis d’éradiquer les maladies (varioles, diphtérie). Ils ont souvent un double objectif : protection individuelle et protection collective. Ils peuvent contribuer à l’émergence de nouveaux sérotypes. Ils peuvent provoquer des effets secondaires…  », résume un chapitre. Mais la dangerosité des vaccins relève de « croyances anciennes », et le vaccin contre l’hépatite B a été victime de « ragots sans fondement » l’accusant « d’entraîner des maladies immunitaires neurologiques, notamment des scléroses en plaques ». Jean-François Bergmann démonte le « fantasme » contre ce vaccin et décrète que le refuser est « aussi inconscient que de rouler sans ceinture ». Le manque d’études sur les liens supposés entre ce vaccin et le développement de la sclérose en plaques est connu. Cela relève-t-il de la rumeur pour autant ?

C’est un peu la limite de cet ouvrage : il prétend délivrer une vérité inédite. Mais cette vérité existe-t-elle ? « Il y a une vérité scientifique », garantit le professeur André Grimaldi ( Libération ). Mais la médecine n’est pas une science exacte. D’où l’importance de l’expérience, du praticien et des patients. C’est pourquoi le chapitre sur les vaccins reste moins convaincant que celui sur l’insomnie : celui-là fait état de divergences. Certes, l’objet du livre est de lever des doutes. Mais les patients sont confrontés en permanence à des désaccords entre des spécialistes en qui ils ont confiance. Plus encore que la vérité sur vos médicaments à un instant T, l’intérêt de ce livre est de donner à lire l’état des réflexions aujourd’hui.

Idées
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

« Le RN prospère sur la crise d’identité nationale qui frappe la France depuis 40 ans »
Entretien 16 juillet 2024 abonné·es

« Le RN prospère sur la crise d’identité nationale qui frappe la France depuis 40 ans »

La Ve République est tombée dans une impasse politique. Gilles Richard, historien des droites du XXe siècle, esquisse la possibilité d’un rapprochement entre les droites néolibérales et européistes au Parlement. Et redoute qu’Emmanuel Macron n’active l’article 16 de la Constitution.
Par Tristan Dereuddre
Contre la haine en cravate
Histoire 16 juillet 2024 abonné·es

Contre la haine en cravate

L’actualité française et internationale nous rappelle tout l’intérêt de l’enquête de l’historien Mark Bray sur l’antifascisme de 1945 jusqu’à nos jours, des deux côtés de l’Atlantique.
Par Olivier Doubre
Le pluralisme des médias, cible de l’extrême droite
Médias 11 juillet 2024

Le pluralisme des médias, cible de l’extrême droite

Spécialiste en sciences de la communication, François Jost montre le danger pour la démocratie de la concentration des médias entre des grands groupes privés. Et dénonce comment les médias Bolloré contournent leur obligation légale de pluralisme des opinions.
Par Olivier Doubre
Laissez les personnes non-blanches faire de la politique !
Chronique 11 juillet 2024

Laissez les personnes non-blanches faire de la politique !

Kaoutar Harchi souligne la place centrale des militants des quartiers populaires au sein de la gauche, dont certains ont pu accéder aux bancs de l’Assemblée nationale. Et qui laissent espérer pour ce pays un autre avenir que celui qui semblait, le 7 juillet, scellé.
Par Kaoutar Harchi