Confusions syriennes

En Irak comme en Syrie, il faut sortir de cette dialectique infernale entre dictature et islamistes radicaux.

Denis Sieffert  • 20 mai 2015 abonné·es

Ainsi va l’information : « J’y pense et puis j’oublie », comme chantait autrefois Jacques Dutronc. Les médias se lassent des tragédies qui durent trop longtemps. C’est le cas de la Syrie. Nous subissons tous ces trous de mémoire. Pour nous, les Syriens, ce sont d’abord aujourd’hui ces migrants entassés dans des embarcations qui dérivent au large de la Sicile. Réfugiés, comme dépossédés de leur identité, ils font partie de

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Une analyse au cordeau, et toujours pédagogique, des grandes questions internationales et politiques qui font l’actualité.

Temps de lecture : 4 minutes