L’art socialiste du double langage

Pour s’assurer un large soutien, la motion de Jean-Christophe Cambadélis, qui devrait l’emporter, a multiplié les ambiguïtés. Et accouché d’un texte trop habile pour être honnête.

Quel crédit accorder aux engagements contenus dans la motion de Jean-Christophe Cambadélis ? À la veille du vote des militants, ce jeudi 21 mai, sur les quatre textes programmatiques en lice pour le congrès de Poitiers, la question de la sincérité de cette motion était encore au centre des débats organisés dans les sections et fédérations socialistes. En cause, plusieurs points touchant notamment au droit du travail, à la réforme fiscale, au pacte de responsabilité ou à la politique européenne, inscrits…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.