Ode à l’enfance

La Reine du silence suit une gamine sourde passionnée de danse dans un campement de Roms.

« Je tournais depuis un an lorsque Denisa est arrivée. À partir de là, il a été impossible de filmer qui que ce soit d’autre. » En voyant la Reine du silence, on comprend la réalisatrice Agnieszka Zwiefka. Denisa, on le saisit dès les premières images, est singulière et charismatique. Sourde et muette, la fillette communique par gestes, mais surtout avec son visage, qui s’éclaire ou se ferme au gré de ses sentiments. Un jour, elle déniche le DVD d’une comédie musicale de Bollywood au fond d’une poubelle.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents