Le goût : un facteur de soin

La nourriture bio à l’hôpital, en favorisant le plaisir et l’appétit, permettrait de réduire la durée des hospitalisations.

Depuis 2009, la loi demande aux organismes de restauration collective d’introduire 20 % de produits bio dans leurs achats alimentaires. Mais, alors que les hôpitaux français doivent économiser 3 milliards d’euros en trois ans, faut-il développer le bio, aussi coûteux que complexe à mettre en place ? « L’intérêt est de répondre à la demande », souligne Élisabeth Mercier, directrice de l’Agence bio. Selon les études menées par cet organisme d’État, 76 % des Français sont demandeurs de bio à l’hôpital, un des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.