Le goût : un facteur de soin

La nourriture bio à l’hôpital, en favorisant le plaisir et l’appétit, permettrait de réduire la durée des hospitalisations.

Julia Gualtieri  • 3 juin 2015 abonné·es
Le goût : un facteur de soin
© Photo : CITIZENSIDE / CHRISTOPHE ESTASSY / AFP

Depuis 2009, la loi demande aux organismes de restauration collective d’introduire 20 % de produits bio dans leurs achats alimentaires. Mais, alors que les hôpitaux français doivent économiser 3 milliards d’euros en trois ans, faut-il développer le bio, aussi coûteux que complexe à mettre en place ? « L’intérêt est de répondre à la demande   », souligne Élisabeth Mercier, directrice de l’Agence bio. Selon les études menées par cet organisme d’État, 76 % des Français sont demandeurs de bio à l’hôpital, un des trois pourcentages les plus élevés avec l’école et la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 3 minutes

Pour aller plus loin…