L’effet Whiplash : faut-il souffrir pour se dépasser ?

Le film Whiplash sorti en décembre a conduit nombre de musiciens à remettre en cause l’intérêt d’un enseignement brutal pour briguer l’excellence. Répliques d’élèves de haut niveau à l’occasion de la Fête de la musique.

Il lui hurle dessus. L’insulte. Le frappe. Derrière sa batterie, l’élève ne répond pas. Ronge son frein. Encaisse. Les musiciens du big band se tiennent cois. Ils tremblent de jouer, ils tremblent en jouant. Comme s’ils avaient intégré que c’était le seul chemin possible vers le dépassement de soi et la carrière brillante que promet cette école. Le maître – furieux stéréotype sadomaso – rabâche que Charlie Parker s’est pris une cymbale lancée par Jo Jones pour avoir mal joué dans un club, et que c’est le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents