Mano Solo : Sa grande marmaille

Les Hurlements d’Léo ont réuni une vingtaine d’artistes autour de reprises de Mano Solo. Des arrangements vibrants qui réveillent la poésie du chanteur.

Ingrid Merckx  • 3 juin 2015 abonné·es
Mano Solo : Sa grande marmaille
© **Les Hurlements d’Léo chantent Mano Solo** , double album, Irfan le label. Photo : AFP PHOTO / ALAIN JOCARD

L’arrache-cœur. Pour une bonne part des ados des années 1990, Mano Solo, c’est le grand frère douleur. Des textes violemment beaux, la force du punk ou le groove du jazz, des rythmes latinos, un violoncelle, un accordéon, une flûte, des cuivres, des guitares, une mélancolie brutale et cette voix joliment brisée ont fait de la Marmaille nue un de ces disques qui prennent aux tripes. Qui hantent l’oreille. Quand, en 1995, année de son deuxième album, les Années sombres, il annonça qu’il avait contracté le sida, Emmanuel Cabut – de son vrai nom, et fils du dessinateur Cabu – devint un symbole pour une génération marquée par l’épidémie.

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Musique
Temps de lecture : 4 minutes