Référendum grec: Tsipras appelle à un « grand non » aux créanciers

Le parlement grec a approuvé par 178 voix contre 120 l'organisation d'un référendum sur les propositions de ses créanciers. Le gouvernement d'Alexis Tsipras disposait d'une majorité de 162 voix.

Devant la Vouli, le Premier ministre grec Alexis Tsipras avait appelé, dans un discours, à dire « un grand non à l'ultimatum » des créanciers du pays lors du référendum proposé par son gouvernement pour le 5 juillet. S'adressant aux parlementaires avant le vote organisé sur sa proposition de référendum, Alexis Tsipras a estimé que « le peuple grec dira un grand non à l'ultimatum mais en même temps un grand oui à l'Europe de la solidarité » , et s'est dit persuadé qu' « au lendemain de ce fier non, la force…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents