Temporiser ou se battre ? Le dilemme de Syriza

La gauche grecque est partagée entre deux attitudes face à l’intransigeance des créanciers du pays. Correspondance à Athènes, Angélique Kourounis.

Si seuls 36 % des Grecs ont voté le 26 janvier dernier pour Syriza, il ne faut pas oublier qu’ils étaient plus de 70 % à avoir voté contre l’austérité. L’opinion était convaincue que ce rejet massif de la politique de rigueur serait entendu. Le doute existe aujourd’hui, alors que l’on semble s’orienter vers un accord entre Athènes et ses créanciers. Deux mots dominent d’ailleurs les débats, qui rendent compte de cette incertitude : kolotouba et rixi. « Saut en arrière » ou « affrontement ». Autrement dit,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.