Ce qui reste de la Navale

En évoquant les chantiers navals de Nantes, Julien Grimaud et Dany Morel donnent la parole à une identité ouvrière oubliée. Un superbe documentaire radio.

«C’était une grande famille, c’était le compagnonnage, c’étaient des solidarités. » C’est qu’il fallait beaucoup de monde pour construire un bateau. Chaudronnier, ajusteur, électricien, marin, soudeur, menuisier… Pas vraiment comme une voiture qui se construit à la chaîne. « Les gens n’imaginaient pas que des lieux comme ça puissent disparaître, c’était un monument, inscrit dans la ville. » Ce monument dans la ville, c’étaient les chantiers navals de Nantes, que réactivent Julien Grimaud et Dany Morel dans…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents