Grèce, cas d’école des impasses du capitalisme

On pressure la Grèce pour maintenir la croissance ailleurs.

L’expérience menée par la troïka en Grèce montre les limites du capitalisme. Sans revenir sur les conséquences récessives de la politique d’austérité depuis 2010 (perte d’un quart du PIB), il faut rappeler que le capitalisme est un système fondé sur l’accumulation infinie du capital… et des dettes. Pour fonctionner, l’arithmétique de l’austérité nécessite un excédent primaire (solde budgétaire hors remboursement de la dette) plus élevé que l’écart entre les intérêts versés par l’État et l’excédent de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents