Le silence coupable de la France

Nul ne sait ce qui germerait sur l’échec du gouvernement Tsipras. On voit bien qu’un peu partout en Europe des extrêmes droites sont en attente du coup d’après.

Denis Sieffert  • 1 juillet 2015 abonné·es

L’histoire de la gauche française est jalonnée de renoncements. On n’a pas oublié la conversion de Guy Mollet à la guerre coloniale totale en Algérie. Plus loin, on se souvient de la « non-intervention » en Espagne, en juillet 1936, alors que les Républicains appelaient la France du Front populaire à l’aide face à l’insurrection militaire. Bien sûr, la crise grecque n’est pas la guerre d’Espagne, ni la bataille d’Alger. Le

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Une analyse au cordeau, et toujours pédagogique, des grandes questions internationales et politiques qui font l’actualité.

Temps de lecture : 5 minutes