Dossier : L'Amour au temps du libéralisme

L’eau de rose, filon juteux

Au cinéma comme dans l’édition, les industries culturelles surfent sur le fantasme toujours « bankable » du grand amour.

Ah, l’amour, cet indémodable ! Coup de foudre inattendu, baiser langoureux sous une pluie battante, happy end en robe meringue… Pourtant malmené dans le réel – quand on vit centenaire, « l’amour toujours » perd un rien de son charme ! –, le mythe de l’amour « avec un grand A » tient toujours le haut de l’affiche. Au cinéma, sur le petit écran ou en littérature, partout, il continue de séduire un public jamais rassasié. Et, preuve que dans l’imaginaire collectif il n’a pas pris une ride, il continue de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.