Les structures culturelles à la peine

L’Orchestre national des Pays-de-Loire, l’Espace Malraux de Chambéry, les 152 conservatoires ou encore le Festival du conte de Fumay doivent faire face à une coupe des dotations qui les menace dans leur existence.

Ingrid Merckx  et  Erwan Manac'h  • 9 juillet 2015 abonné·es
Les structures culturelles à la peine

Même le Festival d’Avignon a été raccourci de quatre jours cette année. Si les grosses machines sont frappées, dans quel état sont les plus petites ? Moins de festivals, ou qui durent moins longtemps, moins de spectacles programmés, moins d’artistes sur scène, et des scènes qui ferment du fait des baisses de subventions. Le 6 juillet, le département du Nord a annoncé qu’il retirait un million d’euros aux Scènes nationales, structures labellisées et conventionnées pour l’exercice 2016. Comment continuer avec moins ?

Voir en plein écran

Voir en plein écran

Zoom sur quatre grands domaines touchés : les orchestres, les scènes conventionnées, les conservatoires et les festivals.

Orchestre tourmenté

L’Orchestre national des Pays-de-la-Loire (ONPL) n’est pas rattaché à une ville mais à deux : Nantes et Angers. C’est une richesse, « mais ça complique un peu l’identification », commente Alain Gralepois, président du syndicat mixte de l’ONPL. Et, de fait, ça complique aussi l’investissement des six collectivités impliquées dans la gestion de cet orchestre. En 2009, les départements de la Sarthe et de la Mayenne avaient tiré leur révérence. Aujourd’hui, c’est le conseil général de Maine-et-Loire qui menace de partir. Étant donné qu’il finance l’ONPL à hauteur de 7,22 %, soit 464 373 euros, son départ serait lourd de conséquences. Le département juge-t-il que les autres partenaires pourront compenser ? C’est-à-dire la Région, les villes de Nantes et d’Angers, les départements de Loire-Atlantique et de Vendée ? Le Maine-et-Loire argue qu’il doit faire face à une hausse du coût du RSA, mais se vante moins du fait que le parc de loisirs Terra Botanica, vitrine touristique ouverte en 2010, est un gouffre financier. Facultative, la culture ? « L’ONPL est tout de même le plus grand orchestre de France en nombre d’abonnés : 9 000. Il réunit près de 100 musiciens, 140 000 spectateurs pour environ 200 concerts par an. Nous appliquons déjà un plan d’économies depuis deux ans, mais faire plus avec moins paraît difficile », soupire Alain Gralepois. Le conseil général

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société
Temps de lecture : 7 minutes

Pour aller plus loin…

« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »
Entretien 28 février 2024 abonné·es

« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »

Dans son livre Les Choses sérieuses, la sociologue Isabelle Clair enquête sur les amours adolescentes et examine la manière dont filles et garçons entrent en relation.
Par Hugo Boursier
Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta
Enquête 28 février 2024 abonné·es

Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta

Si les politiques publiques contre le harcèlement scolaire ont été renforcées, celles contre les agressions entre élèves demeurent confidentielles. Elles laissent les personnels dépourvus de cadre et les victimes souvent seules face à leur traumatisme.
Par Pierre Jequier-Zalc
Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet
SNU 27 février 2024

Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet

Dans une publication sur X (ex-Twitter) de la direction des services départementaux de l’Éducation nationale de l’Hérault, rapidement supprimée, des jeunes volontaires du SNU célébraient leur fin de séjour de cohésion par une chorégraphie au son d’un gospel. L’an dernier, dans ce centre, un intervenant extérieur a appris à des jeunes à tirer au pistolet.
Par Hugo Boursier
À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »
Reportage 23 février 2024 abonné·es

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »

Malgré le manque de moyens et le désert médical dont souffre le département du Cher, la petite équipe de ce centre hospitalier essaie de soulager la douleur des patients en fin de vie.
Par Hugo Boursier