Mulhouse : L’emprunt, le maire et la dette

La mairie de Mulhouse a renégocié un crédit toxique dans la plus grande opacité, suscitant une forte opposition d’organisations associatives et politiques.

C’est avec une attention particulière que le conseil municipal de la ville de Mulhouse, réuni le 29 juin, a été suivi par une poignée de militants, dont certains bataillent depuis plusieurs mois contre la renégociation d’un emprunt toxique de 13,1 millions d’euros. Un emprunt contracté auprès de Dexia en 2010 par l’ancien maire Jean-Marie Bockel (ex-PS). Ce jour-là, un protocole transactionnel était soumis au vote. Protocole dénoncé dans un tract par le Conseil populaire 68 pour l’abolition des dettes…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents