Affaire du Thalys: les politiques rivalisent de suggestions démagogiques et absurdes !

Claude-Marie Vadrot  • 25 août 2015
Partager :

Le fou qui a tenté de massacrer des voyageurs du Thalys a réussi son coup sans avoir tué quiconque : les politiques, essentiellement à droite et à l’extrême-droite, se sont immédiatement lancés dans un véritable Concours Lépine de l’absurdité et de la surveillance. En suggérant sans rire et pour impressionner les électeurs, que les 700 000 personnes qui se pressent tous les jours dans la gare du Nord de Paris ou la centaine de millions d’usagers qui monte chaque année dans les TGV en dépit des prix prohibitifs, soient soumis à de nouveaux contrôles. Sans oublier, bien sur, tous ceux qui prennent chaque jour des TER ou des Intercités, soit plusieurs milliards par an. Alors que le trafic voyageur cumulé de Roissy et d’Orly se monte chaque année à 260 000. Comparaison n’est certes pas raison mais on suppose que comme il faut arriver trois heures avant le départ d’un avion pour être certain de ne pas le rater, il faudrait venir la veille pour embarquer à bord d’un train…

Au choix dans les suggestions démagogiques: la fouille de chaque voyageurs souhaitant monter à bord d’un train, le passage de tous les bagages dans des équipements scanner, l’installation de portiques à l’entrée des quais ou un contrôle d’identité de chaque passager avant de se choisir une place ! Donc, si l’on écoutait ces bons apôtres , il ne serait donc plus possible de transporter de tournevis, de canif pour le casse-croute, de limes à ongles, de cure-pipe ou de flacons contenant des liquides non identifiés et de bouteilles d’eau…

Chaque tentative, avortée ou (hélas réussie) d’un « terroriste » suscite une volonté affichée de renforcer les contrôles, de restreindre ce qui reste de la liberté d’aller et venir. En commençant par choisir, comme l’ont suggéré le ministre des transports et Claude Géant, de pratiquer le « contrôle au faciès ». Comme ce dernier a assuré en avoir été une fois la victime, on suppose que les services de police ont repéré sa tête de faux-jeton adepte de la manière forte et de la vente clandestine de tableaux…

Il ne reste plus qu’à suggérer les mêmes contrôles pour les autocars « Macron » qui vont sillonner la France en polluant plus que le train.

Publié dans
Les blogs et Les blogs invités
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don