Israël : La douloureuse victoire de Mohammed Allan

Par sa grève de la faim, le prisonnier palestinien n’a pas obtenu la liberté, mais il a posé le problème de l’arbitraire colonial.

L’avocat palestinien Mohammed Allan, 31 ans, en grève de la faim depuis soixante jours, a finalement obtenu la suspension de la mesure de détention administrative qui le frappait depuis novembre 2014. Difficile pourtant de parler de « victoire », car, dans son arrêt, la Cour suprême a précisé que sa décision avait un caractère provisoire. Il a fallu que le prisonnier palestinien frôle la mort pour qu’un droit de visite soit accordé à sa famille. La vérité, c’est que l’affaire Mohammed Allan avait pris une…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.