Publicité : « Les messages perçus inconsciemment sont les plus influents »

Stress, obésité, surconsommation… Les sciences cognitives identifient les risques de la surabondance de messages publicitaires.

Erwan Manac'h  • 26 août 2015 abonné·es
Publicité : « Les messages perçus inconsciemment sont les plus influents »
Mehdi Khamassi est chercheur en neurosciences à l’Institut des systèmes intelligents et de robotique (CNRS).
© JUSTIN TALLIS / AFP

Par son étude des mécanismes du cerveau dans les déplacements en milieu urbain et le phénomène de conditionnement, Mehdi Khamassi a acquis une connaissance approfondie de la façon dont la publicité agit sur notre esprit. Il alerte sur les risques de surcharge cognitive due à la profusion de messages publicitaires dans nos villes et défend une « liberté de non-réception » pour le citoyen-consommateur.

Existe-t-il des études scientifiques sur les conséquences neurologiques des écrans publicitaires dans l’espace public ?

Mehdi Khamassi : Il n’existe pas d’étude propre aux écrans, mais nous savons que lorsque quelque chose bouge en périphérie du regard, cela a de très fortes chances d’attirer l’attention, en suscitant un mouvement de la tête ou une saccade oculaire. C’est un mécanisme hérité de l’évolution naturelle. Le danger pouvant surgir sur le côté, l’orientation du regard a permis aux individus de survivre mieux. Nous estimons que ce type de sollicitation s’accompagne d’une légère augmentation du niveau de stress, de sorte à pouvoir réagir rapidement en cas de danger. Dans un couloir du métro, une

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
Tsipras pris au piège
Temps de lecture : 5 minutes