Dossier : Tsipras pris au piège

Publicité : « Les messages perçus inconsciemment sont les plus influents »

Stress, obésité, surconsommation… Les sciences cognitives identifient les risques de la surabondance de messages publicitaires.

Par son étude des mécanismes du cerveau dans les déplacements en milieu urbain et le phénomène de conditionnement, Mehdi Khamassi a acquis une connaissance approfondie de la façon dont la publicité agit sur notre esprit. Il alerte sur les risques de surcharge cognitive due à la profusion de messages publicitaires dans nos villes et défend une « liberté de non-réception » pour le citoyen-consommateur. Existe-t-il des études scientifiques sur les conséquences neurologiques des écrans publicitaires dans…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.