Dossier : Tsipras pris au piège

Publicité : Nos vies sous contrôle

Les chantres du marketing « hyper-personnalisé » sont désormais capables de mener un véritable « tracking » appliqué à nos faits et gestes dans le monde réel.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Depuis des années, un supermarché américain de la banlieue de Minneapolis est capable de détecter les grossesses de ses clientes en analysant leurs comportements d’achat à l’aide d’un algorithme. Un jour de 2011, un futur grand-père s’étonne d’une pluie de publicités ciblées pour les « futures mamans » adressées à sa fille de 16 ans. Il n’était pas encore au courant. L’histoire fait scandale… Les chantres du marketing « hyper-personnalisé » évitent d’ordinaire ce type de provocation, toute polémique étant mauvaise pour les affaires. Leur projet pour nos villes n’en est pas moins vertigineux : grâce à l’analyse automatique des comportements, à la profusion des objets connectés et aux écrans publicitaires dans les rues, ils sont désormais capables de mener un véritable «  tracking  », à l’image de ce que Google et consorts pratiquent sur le Net, appliqué à nos faits et gestes dans le monde réel. Une « révolution industrielle », qui se présente une fois de plus sous les atours sympathiques du « tout gratuit » et dans l’angle mort des politiques de protection de la vie privée.


Photo : Gallup/AFP

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.