Faut-il parler avec Assad ?

La focalisation des pays occidentaux sur Daech occulte une partie du drame syrien et sert la cause du régime de Damas, qui a longtemps favorisé le groupe terroriste.

Denis Sieffert  • 16 septembre 2015 abonné·es
Faut-il parler avec Assad ?
© Photo : Giovanni Diffidenti/AFP

À quoi correspond la décision française d’entamer une campagne de « vols de reconnaissance » au-dessus de la Syrie, suivie de probables frappes sur les positions de Daech ? Beaucoup de commentateurs y ont vu un tournant stratégique. Jean-Pierre Filiu préfère parler « d’ajustement tactique » (voir p. 20). La nuance est d’importance. Dans le premier cas, la décision de lancer une offensive contre Daech en Syrie signifierait ipso facto un rapprochement assumé avec Bachar Al-Assad. Ce serait un tournant radical à partir du constat que l’on ne peut

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
Faut-il intervenir en Syrie ?
Temps de lecture : 6 minutes