La dette, un déni de justice

Enfin publié intégralement, ce rapport est un document unique pour comprendre la crise démocratique européenne.

L’opaque mécanisme d’accumulation de la dette publique peut fortement entamer la légitimité démocratique d’un État. La mise au pas de la Grèce, avec un troisième mémorandum consenti le 13 juillet, perpétue un rapport de subordination par la dette, rajoutant de l’austérité à l’austérité, jusqu’à faire basculer l’État dans une zone de non-droit. La commission pour la vérité sur la dette grecque dévoile ainsi dans un rapport les nombreuses violations des droits humains fondamentaux commises en application des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents