Ne pas oublier les Syriens

Si l’on veut se soucier des Syriens, il faut admettre que la rébellion ne cessera pas avec un accord qui leur imposerait de nouveau le boucher de Damas.

Denis Sieffert  • 30 septembre 2015 abonné·es

Du haut de la tribune des Nations unies, lundi, Vladimir Poutine a proféré une vérité première : ce n’est ni aux États-Unis ni à la France de choisir les dirigeants syriens. On ne saurait évidemment aller contre. Il aurait pu ajouter que ce n’était pas non plus à la Russie ou à l’Iran. Avouons tout de même que cette belle profession de foi démocratique a de quoi étonner de la part de l’autocrate du Kremlin. Mais il a raison

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Une analyse au cordeau, et toujours pédagogique, des grandes questions internationales et politiques qui font l’actualité.

Temps de lecture : 5 minutes