Disparition : Leny Escudero

Le chanteur né en Espagne, dont les parents républicains se sont réfugiés en France sous Franco, a multiplié les albums aux thèmes graves et politiques.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Impossible de résumer Leny Escudero, décédé à 82 ans, le 9 octobre, à une seule chanson, « Pour une amourette », le tube au succès phénoménal de ses débuts, en 1962, qu’il n’a par ailleurs jamais renié. Le chanteur né en Espagne, dont les parents républicains se sont réfugiés en France sous Franco, a multiplié les albums aux thèmes graves et politiques. Sa vie a été au diapason de ses chansons. Il est resté fidèle à son milieu d’origine et à ses idéaux. Grand voyageur, il s’est installé pendant cinq ans en Afrique, où il a notamment construit une école, au Bénin (ex-République de Dahomey), lui qui avait été maçon et carreleur. Son public l’a suivi jusque dans les années 1990, Leny Escudero s’étant fait ensuite plus rare. Il y a deux ans, il avait publié le premier tome de ses mémoires, Ma vie n’a pas commencé. Le second devrait paraître cet hiver.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents