« Fasciste »: Mme Le Pen déboutée de sa plainte contre Mélenchon (bis)

La présidente du Front national poursuivait le co-fondateur du Parti de gauche pour «insulte». La cour d’appel de Paris confirme le jugement de première instance qui relaxait Jean-Luc Mélenchon.

Michel Soudais  • 7 octobre 2015
Partager :
« Fasciste »: Mme Le Pen déboutée de sa plainte contre Mélenchon (bis)
© Photo : Michel Soudais

La cour d’appel de Paris débouté Marine Le Pen de sa plainte contre Jean-Luc Mélenchon, dans un arrêt rendu mercredi 6 octobre. La présidente du Front national reprochait au co-fondateur du Parti de gauche de l’avoir qualifié de «fasciste» sur iTélé, le 5 mars 2011. Le 10 avril 2014, la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris, avait relaxé le candidat du Front de gauche à l’élection présidentielle. Les juges avaient estimé que l’emploi de ce qualificatif se situait « dans le cadre d’un débat d’idées et d’une polémique sur la doctrine et le rôle d’un parti politique, sur lesquels Jean-Luc Mélenchon pouvait légitimement faire valoir son opinion (…) sans dépasser les limites autorisées de la liberté d’expression en la matière » .

Lire > « Fasciste ». Marine Le Pen déboutée de sa plainte contre Mélenchon

Une qualification «nécessaire»

Dans son arrêt, que l’AFP a pu consulter, la cour d’appel de Paris a relevé que dans le contexte de l’époque, où certains associaient Mme Le Pen et M. Mélenchon sous le terme de «populisme» , il était «nécessaire» que ce dernier «exprime son opinion en caractérisant politiquement son adversaire par un terme manifestant sa réprobation complète des idées politiques défendues par le Front national» .

Se félicitant de cette décision contre laquelle Mme Le Pen va se pourvoir en cassation, Me Raquel Garrido, avocat de Jean-Luc Mélenchon, a déclaré qu’il «aurait été dévastateur qu’on n’ait pas le droit de dire, à propos de Mme Le Pen qu’elle est une fasciste» . Il s’agit selon elle d’une «liberté acquise non seulement dans le débat politique» , mais «aussi pour la presse» . «Depuis 2011 , a-t-elle rappelé dans un tweet, Marine Le Pen attaque ou menace d’attaquer les médias qui la qualifient de fasciste ou d’extrême droite. L’auto-censure peut cesser.»

Sur Twitter, Jean-Luc Mélenchon s’est félicité de ce jugement qui porte un coup à la stratégie de dédiabolisation de Mme Le Pen et permet «d’appeler un chat un chat» .

Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Derrière la fragile unité des gauches, le spectre de 2027
Analyse 17 juillet 2024 abonné·es

Derrière la fragile unité des gauches, le spectre de 2027

Au cœur des négociations comme en dehors, la question de la prochaine présidentielle traverse les esprits du Nouveau Front populaire.
Par Lucas Sarafian
Y aller ou pas ? La gauche unie face au dilemme du pouvoir
Analyse 17 juillet 2024 libéré

Y aller ou pas ? La gauche unie face au dilemme du pouvoir

En situation de majorité relative, le Nouveau Front populaire pourrait ne pas avoir assez de marge de manœuvre pour appliquer son programme de rupture. Il court le risque d’être disqualifié politiquement mais ne compte pas laisser passer une occasion de gouverner.
Par Lucas Sarafian
À gauche, face au RN, une nécessaire remise en question stratégique
Analyse 17 juillet 2024 abonné·es

À gauche, face au RN, une nécessaire remise en question stratégique

La relative victoire du Nouveau Front populaire aux élections législatives ne doit pas masquer un constat inquiétant. Le Rassemblement national continue de progresser et de s’ancrer. Pour contrer cette hausse, la gauche a tout intérêt à s’implanter localement dans les zones rurales. Pas simple.
Par Hugo Boursier
Une mobilisation populaire éteinte par une gauche irresponsable
Gauche 16 juillet 2024

Une mobilisation populaire éteinte par une gauche irresponsable

Alors que le Nouveau Front populaire a soulevé une espérance chez de nombreuses organisations du mouvement social, les dernières tergiversations quant au nom du Premier ministre ont jeté un froid. Et questionnent la possibilité d’un accompagnement d’un gouvernement de gauche par une mobilisation populaire.
Par Pierre Jequier-Zalc