Féminisme : « On parle à notre place, il faut que cela cesse ! »

Les associations militantes de femmes d’origine immigrée reprochent aux organisations instituées de porter des revendications qui réduisent ou ignorent la réalité de leurs luttes au quotidien.

On dit qu’elles sont « issues de ». Issues de l’immigration, issues des quartiers populaires, issues de ces marges des villes françaises dont on parle beaucoup… et que l’on entend plus rarement. Militantes antiracistes, anti-discriminations, anti-violences policières, elles organisent, le 31 octobre, une Marche de la dignité (voir encadré), parce que trente-deux ans après la Marche pour l’égalité et contre le racisme, et dix ans après les révoltes de 2005, « les populations issues de l’immigration…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents