John Taylor : Un explorateur discret

Le pianiste britannique John Taylor est décédé brutalement cet été, à 72 ans. Une perte immense pour le milieu du jazz.

Rien ne laissait prévoir la disparition de John Taylor le 18 juillet dernier. Il se produisait sur la scène du Saveurs jazz Festival de Segré (Maine-et-Loire) au sein du quintette du contrebassiste Stéphane Kerecki, en duo avec ce dernier sur la musique de Paul Misraki composée pour Alphaville de Jean-Luc Godard, lorsqu’il a perdu connaissance et s’est « doucement affaissé sur son piano, laissant un moment penser que cette figure faisait partie du spectacle », relate Ouest-France. C’est sur le répertoire…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.