Les possibilités d’une île

En filmant des pêcheurs des Açores, Joaquim Pinto et Nuno Leonel interrogent notre civilisation.

Chronologiquement, les images du Chant d’une île ont été tournées dix ans avant celles d’ Et maintenant ?, le film de Joaquim Pinto et Nuno Leonel sorti l’an dernier, qui nous avait tant enthousiasmés 1. Pourtant, le Chant d’une île n’a rien d’un retour en arrière : il est empreint du même esprit caractéristique de ces cinéastes, qui réhabilitent la notion d’humanisme, depuis longtemps galvaudée. C’est-à-dire qu’à travers leur caméra et ceux qu’ils filment, ils constituent un monde qui a pour centre la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents