Plaidoyer contre les préjugés

Quatre correspondantes en Europe du Sud brossent le portrait de victimes de la dette.

Denis Sieffert  • 21 octobre 2015 abonné·es
Plaidoyer contre les préjugés
Visages de la crise , Buchet-Chastel, 136 p., 15 euros.

Elles sont quatre journalistes, correspondantes dans cette Europe du Sud frappée par la crise : Marie-Line Darcy au Portugal, Mathilde Auvillain en Italie, Angélique Kourounis – que les lecteurs de Politis connaissent bien – en Grèce et Gaëlle Lucas en Espagne. Quatre femmes qui ont décidé de donner des visages à la crise. Elles nous proposent huit portraits frémissants de vie, de douleur et d’espoir.

Voici Céu, 53 ans, originaire du nord du Portugal, divorcée, photographe au chômage depuis qu’elle a démissionné de son journal par solidarité avec ceux que son patron licenciait. C’est une victime collatérale de la crise. Elle évoque la décennie 1985-1995, années bénies pour les promoteurs et les spéculateurs, et le piège du crédit facile : « Les gens ne voyaient que le bon côté des choses, sans se douter qu’il y aurait une contrepartie […], on recevait des cartes de crédit envoyées par des banques américaines […], sans oublier les incitations pour devenir propriétaire. » Et, soudain, ce fut la ressaca, la « gueule de bois ». L’injonction à rembourser. Les licenciements, la crise. « C’est sans doute pour notre amour de la vie qu’on nous punit », dit-elle. Céu regrette un peu la résignation de beaucoup de ses compatriotes, qu’elle appelle pudiquement « conformisme ».

Et voici José Roldàn, 49 ans, le paysan andalou devenu maçon en plein boom immobilier. C’est la folle époque des infrastructures inutiles et des lotissements à jamais inoccupés. Construire pour construire pour le plus grand profit de la spéculation immobilière. Et soudain, comme pour Céu, plus rien. Chômage et douloureux retour à la terre. José en veut aux politiques : « J’ai décidé de ne plus voter », dit-il.

Destins, origines sociales, tout est différent, mais les histoires se rejoignent. Comme celle d’Irini, l’enseignante engagée de la banlieue d’Athènes, « la crise grecque personnifiée », écrit Angélique Kourounis : « Ce sont les larmes d’Irini qui m’ont fait comprendre la fracture des mémorandums d’austérité. » Des larmes versées parce que « l’espoir s’évaporait » et qu’il allait être « de plus en plus difficile de garder sa dignité ». Irini raconte la honte des enfants de son école lorsqu’il leur a fallu prendre les sacs de nourriture distribués en solidarité. Son salaire de prof est passé de 1 460 à 860 euros. Elle a décidé de ne pas donner de petit frère ou de petite sœur à Naya, sa fille. La situation est devenue trop incertaine. La crise pénètre au plus profond de l’intimité. Il faudrait encore citer Monica, la biologiste madrilène, Salvo, le Sicilien, et quelques autres… Au-delà de ces portraits, le livre est un vibrant plaidoyer pour ces peuples du sud de l’Europe, « pauvres et fainéants », selon le cliché, et surtout « mauvais élèves du néolibéralisme ». Un plaidoyer contre les préjugés xénophobes et un cri d’alarme contre le risque de dérive, entre haine de l’autre et repli identitaire.

Idées
Temps de lecture : 3 minutes

Pour aller plus loin…

« Le RN prospère sur la crise d’identité nationale qui frappe la France depuis 40 ans »
Entretien 16 juillet 2024 abonné·es

« Le RN prospère sur la crise d’identité nationale qui frappe la France depuis 40 ans »

La Ve République est tombée dans une impasse politique. Gilles Richard, historien des droites du XXe siècle, esquisse la possibilité d’un rapprochement entre les droites néolibérales et européistes au Parlement. Et redoute qu’Emmanuel Macron n’active l’article 16 de la Constitution.
Par Tristan Dereuddre
Contre la haine en cravate
Histoire 16 juillet 2024 abonné·es

Contre la haine en cravate

L’actualité française et internationale nous rappelle tout l’intérêt de l’enquête de l’historien Mark Bray sur l’antifascisme de 1945 jusqu’à nos jours, des deux côtés de l’Atlantique.
Par Olivier Doubre
Le pluralisme des médias, cible de l’extrême droite
Médias 11 juillet 2024

Le pluralisme des médias, cible de l’extrême droite

Spécialiste en sciences de la communication, François Jost montre le danger pour la démocratie de la concentration des médias entre des grands groupes privés. Et dénonce comment les médias Bolloré contournent leur obligation légale de pluralisme des opinions.
Par Olivier Doubre
Laissez les personnes non-blanches faire de la politique !
Chronique 11 juillet 2024

Laissez les personnes non-blanches faire de la politique !

Kaoutar Harchi souligne la place centrale des militants des quartiers populaires au sein de la gauche, dont certains ont pu accéder aux bancs de l’Assemblée nationale. Et qui laissent espérer pour ce pays un autre avenir que celui qui semblait, le 7 juillet, scellé.
Par Kaoutar Harchi