Dossier : Angleterre, Espagne, États-Unis, Grèce : Cette gauche qui se cherche

Royaume-Uni, Espagne, Grèce, États-Unis… Cette gauche qui se cherche

En pleine ascension depuis quelques années, les gauches anti-austérité marquent-elles le pas ? Les signes sont contradictoires.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


En pleine ascension depuis quelques années, les gauches anti-austérité marquent-elles le pas ? En vérité, les signes sont contradictoires. La victoire spectaculaire de Jeremy Corbyn à la tête du Labour a valeur de symbole. Le plus inattendu nous vient d’outre-Atlantique, où le démocrate Bernie Sanders talonne Hillary Clinton dans les sondages en maniant au pays du libéralisme les concepts traditionnels d’une gauche socialiste authentique. Bien d’autres signes confirment la montée un peu partout d’une gauche anti-austérité qui se dresse contre la dérive libérale de la social-démocratie, devenue souvent un social-libéralisme. Mais cette gauche radicale semble de plus en plus en proie au doute à mesure qu’elle s’approche du pouvoir.

La cause de ce doute porte un nom, et même un nom propre : Alexis Tsipras. L’échec du Premier ministre grec est devenu l’enjeu d’un examen critique. Les libéraux, socialistes de gouvernement compris, ne se privent pas d’en tirer des conclusions sans doute très hâtives. Le leader de Syriza aurait démontré à son insu l’inaptitude de cette gauche à gouverner. Si la crise est bien là en Grèce, une autre réalité s’impose : la volonté populaire. L’exemple récent du Portugal mérite analyse. Le succès du Bloc des gauches a placé le Parti socialiste portugais devant un choix qui ne va pas de soi. Le PSP peut-il s’allier à la gauche radicale ? Ce n’est plus exclu. Ce serait une première en Europe.

La crise des social-démocraties est donc profonde. Et ce n’est pas la situation en France qui va les rassurer. Dans les pages qui suivent, nous passons en revue ces nouvelles gauches qui parfois se cherchent, comme en Espagne et en Grèce, ou qui sont en pleine ascension, comme au Royaume-Uni ou au Portugal. Avec un détour par les États-Unis pour faire connaissance avec l’étonnant Bernie Sanders.


Photo : DE MELO MOREIRA/AFP

Haut de page

Voir aussi

Articles récents