Violences visibles et invisibles

Les violences économique et coloniale ne méritent-elles pas d’être considérées avec le même « statut » que la révolte qu’elles engendrent ?

Deux événements, apparemment sans rapport l’un avec l’autre, deux situations géographiquement éloignées, nous ont renvoyés ces jours-ci à un vieux problème familier de l’histoire, qu’elle soit sociale ou coloniale. Celui de la définition de la violence. Ces chemises déchirées de dirigeants d’Air France happés par des salariés en colère et ces coups de couteau portés par des jeunes Palestiniens contre des juifs israéliens à Jérusalem et à Tel-Aviv font appel, dans le récit médiatique, au même vocabulaire.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents