Esthétique de l’effacement

Entre enquête policière et pièce documentaire, Benjamin Walter, de Frédéric Sonntag, est une brillante invitation à la fugue.

Chez Frédéric Sonntag, la fin des grands récits est une source intarissable d’amusement et d’inventions. Avec sa compagnie AsaNIsiMAsa, il crée depuis 2001 des pièces au postmodernisme rieur et bon enfant, nourries de culture populaire. De musique ( The Shaggs, histoire fictive du plus mauvais groupe de rock de tous les temps), de bandes dessinées ( Lichen-Man, d’après le Prestige de l’uniforme, de Loo Hui Phang et Hugues Micol), de fictions américaines ( Atomic Alert )… Avec Benjamin Walter, le metteur en…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Résister

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.