Attentats : Télégénie du malheur

Depuis le 13 novembre, la quête de l’émotion et l’obsession sécuritaire ont gagné les écrans.

Reléguées, la sextape de Mathieu Valbuena et la mise en examen de Karim Benzema. Exit « l’homme au slip » chassant la bande de Bougrain-Dubourg dans les Landes. Exit aussi, sur TF1, la finale de « Secret Story » et la « Fiesta » de Patrick Sébastien, sur France 2, parmi les déprogrammations en série. Depuis près de trois semaines, tout naturellement, les attentats à Paris ont rempli l’écran (preuve, s’il en était besoin, qu’on peut se passer des déferlantes ineptes et replacer au bon endroit la hiérarchie…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents