Cirque Romanès : une zone libre à partager

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


L'art du cirque, tel que le pratiquent les Romanès, tend à devenir subversif. La joyeuse troupe, installée malgré elle dans le très chic XVIe arrondissement de la capitale, à quelques pas de la Porte Maillot, n'en finit plus de compter les actes xénophobes et racistes dont elle est victime. Mais puisque c'est à coup de spectacles que la famille a choisi de répondre, elle invite qui le souhaite à venir partager leur joyeux spectacle «La Lune tzigane brille plus que le Soleil» , pour deux représentations quotidiennes durant les vacances de fin d'année.

Dans une absence totale de conventions circassiennes, Alexandre et Délia Romanès revendiquent des numéros plus sauvages, des numéros où le rythme s'impose par la couleur et la rage et où la poésie emboîte le pas des performances acrobatiques.
«Nous voulons parler de la culture Tzigane, explique Délia, pas de politique. Il est important de découvrir, de casser l'image des gitans et des tziganes, et de ne plus avoir peur de nous. Mais pour cela, il faut partager, essayer de s'unir, et venir faire la fête.»
Si la matriarche du cirque Romanès incite au partage et à la tolérance, c'est que ces derniers mois ont été difficiles. Visés par des groupuscules fascistes ou des associations militantes, les membres de la troupe ont été volés, insultés, vandalisés et sont également la cible de l'hostilité des riverains. Tous demandent leur départ. Eux préfèrent la lutte pacifique : «À la bêtise et à la haine, il faut répondre par nos armes à nous, celles de la culture, de l'amour et du partage.»

Défendre les artistes, combattre l'extrémisme, mais aussi refuser la peur font désormais parties intégrantes du spectacle. En plus des représentations organisées chaque jour jusqu'au 4 janvier, les Romanès proposent aux spectateurs de se réunir le 31 décembre pour leur soirée «Folie Tzigane en Zone Libre !» . Une bien petite zone libre que constitue ce chapiteau de dix-huit mètres, mais que les Romanès n'hésitent pas à partager. Un bon moment en perspective et un acte citoyen.


Photo : DR

Le chapiteau du Cirque Tzigane Romanès, Square Parodi, Boulevard de l’Amiral-Bruix, à Porte Maillot.

«La Lune Tzigane brille plus que le Soleil» du 19 décembre au 4 janvier, tous les jours à 16h et à 20h30

« Folie Tzigane en Zone Libre » - Grand réveillon du 31 décembre à partir de 21h jusqu'à l'aube.

Réservations : 
0140092420 ou 0699194959


cirque.romanes@wanadoo.fr

Haut de page

Voir aussi

Articles récents