Das Kapital : Une note de rouge

Depuis bientôt quinze ans, Das Kapital invente une musique engagée et libre.

Il n’y a que Das Kapital qui puisse sortir un album intitulé Kind of Red (« quelque chose comme du rouge ») Fondé en septembre 2001, le trio franco-germano-danois revendique une démarche artistique autant que son inscription au cœur de l’actualité. Ce n’est pas parce que la musique est éphémère et abstraite qu’il faut s’abstenir de lui faire porter un message politique, disent en substance Daniel Erdmann, Hasse Poulsen et Edward Perraud. Respectivement aux saxophones (ténor et soprano), à la guitare –…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents