En état d’urgence climatique

Très déterminée, la société civile n’attendait rien de l’accord de Paris et s’est mobilisée dans des conditions difficiles pour faire entendre sa voix. Elle prépare désormais l’après-COP 21.

L’accord de Paris ? « Encore plus décevant que ne le prévoyaient les plus radicaux d’entre nous, sanctionne Tadzio Müller, chargé du dossier climat à la Fondation allemande Rosa-Luxemburg. Réductions d’émissions, promesses financières : aucun des chapitres les plus importants ne contient de clause juridiquement contraignante. Quant à la justice climatique pour les pays du Sud, il ne s’agit que de charité. » Ils ne se faisaient aucune illusion sur la COP 21 avant son ouverture, et leur conviction s’est…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents