La clepsydre et les insensés

La noirceur des bouleversements qui menacent ne parvient pas encore à notre entendement collectif.

« Avec 3 °C de plus, on est foutu ! » Cette sentence péremptoire, entendue samedi soir dans la bouche d’une jeune militante à l’annonce de l’accord signé à la COP 21, ne nous a donné l’envie ni d’en sourire ni de lui opposer la réplique de Talleyrand : « Tout ce qui est excessif est insignifiant. » La juste perception des enjeux, dans le domaine du climat, est une expérience cruciale qui demeure bien trop confidentielle. Et les pédagogues bafouillent encore. Il faudrait abandonner cette jauge exprimée en…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents