Les fiers paysages de l’après-charbon

Quand la dernière mine a fermé, les Ch’tis n’ont pas rejeté les stigmates de l’après-charbon comme des cicatrices hideuses.

Patrick Piro  • 16 décembre 2015
Partager :
Les fiers paysages de l’après-charbon
© Photos : Philippe Huguen/AFP

Il est des épopées industrielles qui finissent dans les poubelles de l’histoire. Dans le bassin houiller du Nord-Pas-de-Calais, la légende d’une population ouvrière soudée par sa mission et les adversités a survécu aux drames sociaux, sanitaires et environnementaux.

Illustration - Les fiers paysages de l'après-charbon

Et quand la dernière mine a fermé, en 1990, les Ch’tis n’ont pas rejeté les stigmates de l’après-charbon comme des cicatrices hideuses. La région a revendiqué l’appartenance à son identité de dizaines de chevalements (à Oignies, photo du haut), de 425 fosses (le puits Lagrange, ci-dessus, en 1948), de 230 terrils, de corons, etc. En 2012, l’Unesco inscrivait ces paysages miniers au Patrimoine mondial. Le pays noir a reverdi.

Illustration - Les fiers paysages de l'après-charbon

Les vestiges industriels se visitent, des expositions en magnifient les lignes. Des écosystèmes originaux colonisent certains terrils. À Haillicourt (à droite), les scories noires du n° 9 produisent un vin blanc bio, le « Charbonnay ». Petits Fuji Yama de l’ancienne plaine, ils culminent à 188 mètres à Loos-en-Gohelle, l’une des communes les plus écolos de France.

Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don