« À Cuba, on peut encore être greffé du cœur gratuitement »

L’économiste Omar Everleny analyse les effets de l’ouverture en cours.

L’ouverture de Cuba aux pays occidentaux ainsi que le changement de politique du Venezuela à son égard vont modifier en profondeur l’économie du pays. Celui-ci doit mettre en place un nouveau modèle permettant de limiter l’aggravation prévisible de la fracture sociale. La dépendance économique de Cuba est-elle encore très importante ? Omar Everleny : Les importations ont un peu diminué, mais nous en avons besoin pour développer certains secteurs. Et nous importons encore pour deux milliards de dollars de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents