Délectable méchanceté

Une excellente vision du Déjeuner chez Wittgenstein de Thomas Bernhard.

Empiler les insultes, les reproches, les sarcasmes deux heures durant en ressassant la même idée : c’est ce que fait généralement le théâtre de Thomas Bernhard avec une audace incroyable, sans avoir besoin d’une trame et d’une action dramatique. Mais Déjeuner chez Wittgenstein, qu’Agathe Alexis vient de monter à -l’Atalante, est une pièce assez différente des autres. Elle s’inspire (de loin) de la vie du philosophe Ludwig Wittgenstein, en trace le portrait ainsi que celui de ses deux sœurs et fait vivre…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Solastagie, le spleen de la nature perdue

Culture accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents