Dossier : Attentats, un an après : Une société fracturée

Désembrigader, d’accord, mais qui et comment ?

Depuis septembre, chaque préfecture est dotée d’une cellule de déradicalisation réunissant travailleurs sociaux, psys et forces de l’ordre. Face à un phénomène protéiforme, les méthodes diffèrent, parfois risquées.

Pour qu’un jeune candidat au jihad accepte d’être « déradicalisé », il faut qu’il ait déjà fait un bout du chemin. Soit il tombe sous le coup d’une mesure judiciaire parce qu’il rentre de Syrie ou qu’il a été arrêté à la frontière, soit il fait l’objet d’une mesure de prévention. « Un jeune ne sait pas qu’il est radicalisé, explique l’anthropologue Dounia Bouzar, qui a créé le Centre de prévention des dérives sectaires liées à l’islam (CPDSI). Il pense que nous sommes endormis et qu’il est libre. Daech l’a…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents