« Je suis le peuple », d'Anna Roussillon : Si loin de la place Tahrir

Dans Je suis le peuple, un documentaire passionnant, Anna Roussillon montre à travers le regard sagace d’un paysan comment la révolution égyptienne est vécue dans une campagne reculée.

Tous deux sont devant leur téléviseur, qui diffuse des images de la place Tahrir durant la révolution. L’un, Farraj, le paysan, habite le village de Jazira, près de Louxor, en Égypte. L’autre, Anna, la réalisatrice, est à Paris. Elle revient d’un voyage en Égypte, où elle s’est liée d’amitié avec Farraj. Il est le personnage principal de Je suis le peuple, documentaire captivant d’Anna Roussillon sur la manière dont on vit la révolution à 600 kilomètres du Caire, dans une région située à l’écart des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents