L’honnête Philippe Val

Denis Robert dénonce ce que tous tiennent pour des inexactitudes, propos erronés, contestés ou invérifiables dans le dernier livre de Philippe Val.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Ce n’est pas si difficile de produire des oxymorons, cette « figure qui consiste à allier deux mots de sens contradictoires pour leur donner plus de force expressive », comme le dit le   Petit Robert, qui offre pour illustration : « une douce violence ». Voici un oxymoron qui n’est pas encore dans le dictionnaire : «  L’honnête Philippe Val ». Je me gausse gratuitement ? Pas tant que cela, semble-t-il. Un an après le massacre commis dans les locaux de Charlie Hebdo, son ancien directeur publie C’était Charlie, un livre qui revisite l’histoire récente de l’hebdomadaire satirique. On eût imaginé, étant donné les circonstances qui ont endeuillé le journal, une certaine hauteur de vue, cette faculté d’âme qui permet à un individu de synthétiser sous sa plume l’esprit d’une équipe, sa vitalité, sa diversité, loin des règlements de compte mesquins post-mortem et pro domo et de la volonté d’imposer sa seule et amère version. Las, une missive rendue publique, adressée à Olivier Nora, l’éditeur de Philippe Val chez Grasset, et signée par Denis Robert, auteur récent d’un livre sur le même hebdomadaire, relativise l’authenticité de faits rapportés dans C’était Charlie. Avec précision, Denis Robert, qui s’exprime aussi au nom d’autres personnes concernées, comme Frédéric Thouron, Sylvie Caster, Bob et Catherine Sinet, ou les fils de Cavanna, multiplie ce que tous tiennent pour des inexactitudes, propos erronés, contestés par les intéressés, ou invérifiables – car Philippe Val détient le don de faire parler les morts… Si l’ex-directeur de Charlie et ami de Sarkozy, dont Cavanna a écrit non sans pertinence que « le passage au journalisme n’aura été […] qu’un marchepied vers des conquêtes sans cesse plus brillantes », détourne la mémoire de plusieurs disparus, c’est toujours à son profit. Ce qui traduit une manière d’être. « L’honnête Philippe Val », bientôt dans le dictionnaire ?


Haut de page

Voir aussi

Articles récents