« Agrandir le passé »

Dialogue entre l’historien Benjamin Stora et le romancier Alexis Jenni sur ces « mémoires dangereuses » héritées du passé colonial.

Oublier sa propre histoire est pour un peuple comme une petite mort. À l’inverse, l’inflation mémorielle peut être pour une société un symptôme de crise, une difficulté d’être dans le présent. Mais c’est à une troisième sorte de pathologie que nous invitent à réfléchir cette fois l’historien Benjamin Stora et le romancier Alexis Jenni, auteur de L’Art français de la guerre, prix Goncourt 2011 : ce qu’ils ont appelé Les Mémoires dangereuses. C’est sous ce titre qu’ils nous font partager un passionnant…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents