Dossier : La gauche en mille morceaux

Croissance : Quand s’éloignent les chimères

À la faveur de la crise mondiale, les partisans d’une « économie douce » gagnent en crédibilité. Mais certaines certitudes restent intangibles.

« Le culte de la croissance est ébranlé au sein même du conclave », écrivait l’économiste Jean Gadrey [^1] en janvier 2015. Doucement, des voix commencent en effet à s’élever parmi les pontes de l’économie capitaliste pour laisser entrevoir un langage différent. Les caricatures ont aussi perdu en intensité. Le « décroissant » n’est plus cet homme des cavernes, pessimiste maladif, qu’on brocardait autrefois. Les faits lui donnent même raison. « Il faut réaliser que les quatre moteurs de la croissance, qui…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.